Sombre Forêt

Publié le par Virginia et Vincent

Il était une fois au fond des bois

Des rires, des larmes, des cris sans joie

Dans un monde indigne sans Dieu ni loi !

 

 

Sombres forêts001

 

 

Sombres forêts002

 

 

Sombres forêts003 

 

Sombres forêts004

 

 

Sombres forêts005

 

 

Sombres forêts006

 

 

Sombres forêts007

 

 

Sombres forêts008

 

 

Commenter cet article

Mélankholia 27/09/2010 12:03



Vous dites vrai ,on ne peut arracher de soi ce qui est à l'égal du sang qui coule dans les veines ...


Les spectacles  ne sont plus ,l'écriture suspendue ,la création visible certes est du côté intérieur désormais ,elle ne peut s'étreindre ,elle consume et fait vivre en même temps



Trop d'âpres jalousies ,des défections ,des déceptions inattendues ...Je pense que des êtres vraiment artistes dans l'âme existent sans forcément cet esprit de compétition qui veut éliminer
l'autre pour se mettre égoistement en avant .Rares ,certainement . Mais j'y crois encore ...Croyez bien que sous le désenchantement ,il y a d'inoubliables heures .


Et sur la toile il y a des échanges ,des rencontres  formidables .Le destin n'a pas dit son dernier mot ,qui sait ...


 



Vincent 06/10/2010 14:37



...Vos mots ont ce quelque chose de déchirant... L'image que je puisse arrêter un jour, un soir, de dessiner, d'imaginer par écrits l'intérieur des mondes imaginaires est intolérable et je n'ose
imaginer quelles souffrances ont dû être les vôtres pour en arriver à une telle radicalité! Le monde du "spectacle vivant" a ce que les autre formes d'art n'ont pas, l'exposition de
l'égo face à un public, que cela soit le théâtre, la musique, la danse... Cela engendre forcément une part de jalousie immédiate de la part d'autres artistes qui voient ce qui leur manque et qui
leur devient intolérable... Cela devient réellement comme vous le dîtes, une compétition et l'artiste devient presque un sportif dans une arène de cirque!! Certains oublient les rôles incarnés et
l'humilité fait place à un "Moi-Je" surdimensionné... Je regrette une nouvelle fois que ce soient les êtres les plus sensibles qui doivent s'effacer... les souvenirs sont une force, ils forgent
parfois d'autres créations naissantes, et je souhaite qu'un jour cette création soit à nouveau "feu" et qu'elle puisse s'exprimer pleinement! A très bientôt de vous lire dans ce monde de tissage
arachnéen... qu'un fil tremble et c'est parfois un nouvel échange qui se tisse... 



Hécate 23/09/2010 16:51



....



Hécate 23/09/2010 15:28



Les magiciennes déchaînent aussi les éléments ...:)


                                        
Ce contre-orage peut être d'un usage adéquat !


                                                                                          
Hécate



Vincent 23/09/2010 16:47



...Un contre-orage pour un contre-temps, histoire d'orchestrer la mécanique de la musique du ciel...Le romantisme de l'orage et de la foudre!


Météorologiquement Vôtre



Mélankholia 23/09/2010 15:25



Je lis vos commentaires...je sens beaucoup d'entraves à votre talent ,certaines portes s'ouvrent ,d'autres se ferment hélas ...


Je peux comprendre un peu cet à quoi bon ...Il en a été de même de mon côté .Après des heures fastes ,passages tv etc...heures sombres...Renoncer à ses passions est ardu . Je suis discrète
sur cette page de ma vie sur la toile où je ne suis venue que dans l'ombre  afin de soutenir ,à ma modeste manière soutenir les écrivains ,poètes ,artistes...Le contact avec la scène ,du
moins ce courant fabuleux qui passe ,me manque  toujours un peu  .


J'ai dessiné avant de savoir écrire . Le dessin, la peinture ,les mots ,la musique tout celà est un souffle qui nourrit mon âme :)


                                               
Amicalement .



Vincent 26/09/2010 23:51



...Voilà qui a de quoi aiguiser ma curiosité...:)... Le pire est de renoncer, car c'est à partir de ce moment-là que quelquechose se casse irrémédiablement, un coup de gomme qui efface d'un
trait ce qui ne pourra peut-être jamais renaître... Je ressens quelquechose de très douloureux par rapport à votre histoire et comprends cette souffrance...devoir accepter non
par choix mais subir des éléments qui font que les choses se mettent à divaguer comme un clown triste! Je sais que la voie "artistique" n'est pas la plus évidente, mais elle reste la seule qui
puisse me permettre d'être ce que je suis, avec ou sans public et je sais que je suis un chemin vers quelquechose qui ne s'explique pas... Je serais ravi de vous voir revenir  de temps à
autre sur ce blog pour en discuter, Mélankholia, car votre parcours teinté de "mystères" artistiques me donne envie d'en savoir un peu plus... mais je comprendrais aussi votre discrétion... A
trés bientôt... Je vous souhaite une trés agréable soirée...:) 


 



Hécate 23/09/2010 11:19



Aimable souhait que le vôtre !...


Et le mien est celui de l'une vos apparitions sur mon fil....


 la trame des mots tissent la toile ...oui ,j'ai pensé de suite à ces personnages des toiles de Jouy ...il y en avait de plusieurs couleurs ,mais j'ai eu un paravent dont les
panneaux étaient de ces motifs gris- noirs et blancs :)


                                                                                         
votre H.


 



Vincent 23/09/2010 14:17



...Ne dit-on pas d'ailleurs que la Vie ne tient qu'à un fil!...  Mon apparition ne saurait trop se faire tarder,
mais avec certains décalages horaires dimentionnels voir "démentionnels"! :) Dans les jours prochains, les augures météorologiques auraient-ils annoncé des orages car si tel est le cas,
armez-vous d'un paratonnerre! :) Le paravent, seul, ne suffira pas! Excellente journée "Râ-dieuse".


Vincent